L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali

malidrogueTHIEYSENEGAL.com -(Dakar) – Dans le nord Mali, la plupart des groupes armés dépendent aujourd’hui financièrement et logistiquement du narcotrafic.

Le trafic de drogue y est en plein essor et crée des rivalités et des affrontements entre les forces en présence, ce qui engendre un niveau de violence sans équivalent dans toute la sous-région et menace la bonne application de l’Accord de Paix inter-malien de 2015. C’est le constat que dresse le dernier rapport de l’International Crisis Group (ICG), une organisation non gouvernementale de référence sur l’analyse des conflits armés dont nous publions ici quelques extraits.

« Le nord du Mali n’est pas une zone de production de drogue, ni même la seule zone de transit dans l’espace ouest–africain. Pourtant les conséquences du narcotrafic sur le pays sont sans équivalent dans la région. Depuis les années 2000, le narcotrafic a joué un rôle dans le développement de formes et de niveaux de violence armée inédits. Dans un contexte d’affaiblissement de l’Etat central et de montée des insurrections armés, y compris djihadistes, les trafics de drogue sont devenus à la fois un enjeu central et une ressource essentielle des luttes qui redéfinissent les rapports de force politiques dans le Nord du pays ». Extrait du rapport «Narcotrafic, violence et politique au Nord du Mali» de l’ICG.

Le narcotrafic dans le conflit

Pour illustrer cette situation, le rapport évoque une opération française Serval du 23 février 2013 sur la petite localité malienne d’In-Khalil située à la frontière algérienne. Ce jour-là, des avions de l’opération Serval bombardent un convoi armé de combattants djihadistes – qui s’apprête à prendre In-Khalil – pour venir en appui aux forces du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) qui s’est déployé peu avant dans cette ville. Le MNLA étant une force qui a ponctuellement combattu aux côtés des troupes françaises. Mais très vite, une autre version des faits apparaît: l’attaque des djihadistes contre le MNLA révèle une histoire plus complexe. D’après des témoignages recueillis par l’ICG, « Les éléments ciblés étaient au service de commerçants arabes qui voulaient récupérer des biens pillés par des trafiquants et coupeurs de route touareg, en particulier issus de la tribu Idnan, avec lesquels ils se disputent le contrôle du point de passage entre l’Algérie et le Mali dans la zone d’In-Khalil et de Bordj Moktar. Ces commerçants estiment leurs pertes à plusieurs milliards de francs CFA (plusieurs millions d’euros), pour l’essentiel des véhicules mais aussi, selon des sources proches de ces milieux, des cargaisons de drogue ».

Pendant plusieurs années, précise le rapport, le non règlement de l’épisode d’In-Khalil a empoisonné les relations entre groupes armés, en particulier entre le MNLA et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), du moins l’aile proche de l’Etat malien, provoquant des tensions et des affrontements localisés. Ce différend s’invitera officieusement dans plusieurs rencontres internationales mais pèsera fortement sur l’évolution des négociations, démontrant les liens complexes existants entre groupes politico-militaires, communautés et narcotrafiquants. L’affaire d’In-Khalil n’étant qu’un exemple parmi d’autres.

La cocaïne 25 fois plus rentable que le hachisch

Depuis des millénaires, le commerce transsaharien s’est toujours adapté aux lois de l’offre et de la demande, transportant, suivant les époques, des esclaves, de l’or, des ivoires, du bétail, des céréales ou du sel. Plus récemment avec l’émergence des Etats-nations et des frontières dans les années 1960, de nombreux nouveaux trafics se sont développés avec par exemple la circulation illicite de produits subventionnés venus d’Algérie qui ont joué un rôle important pour la survie du Nord-Mali. A partir des années 1990 et 2000, de nouveaux produits à la fois illicites et à forte valeur ajoutée comme les armes et la drogue ont ouvert une nouvelle étape commerciale dans la région. Le trafic de résine de cannabis (hachisch) est devenu douze fois plus rentable que le trafic de cigarettes et celui de la cocaïne, à quantité égale, s’est révélée 25 fois plus rentable que celui du hachisch, changeant la nature du commerce et le profil des trafiquants. « A la figure du petit passeur rusé se jouant du douanier, en vogue dans les années 1970-1980, se substitue aujourd’hui celle du grand trafiquant de drogue à la tête de réseaux criminels voire de véritables armées privées qui protègent les convois et les cargaisons » précise le rapport.

Au Nord-Mali le trafic de stupéfiants a bouleversé l’économie locale. Dès les années 1990, la circulation du hachisch se développe dans la région du fait de la hausse de la production marocaine et par l’intérêt des routes sahariennes comme alternative aux voies directes de passage vers l’Europe. Et de plus en plus surveillées. Au début des années 2000, des trafiquants se spécialisent dans la filière de la cocaïne. Un trafic mis en évidence en novembre 2009, avec l’atterrissage d’un Boeing rempli de cocaïne à Tarkint (région de Gao) en provenance d’Amérique latine. Un trafic qui depuis la fin des années 2000 propose aussi des nouveaux produits comme la méthamphétamine et des médicaments détournés de leur usage curatif (tramadol, rivotril) destinés surtout à une consommation locale.

Malgré un fort développement mondial de la production des stupéfiants, il est très difficile d’évaluer les volumes en transit dans la région car du fait de la situation de conflit, peu de saisies sont réalisées dans la bande sahélo-saharienne. Selon les estimations de l’ONU, seulement 5% de la cocaïne produite en Amérique latine aurait transité en 2018 par l’Afrique de l’Ouest. Selon l’Institut français des relations internationales (IFRI), près d’un tiers de la production marocaine de hachisch, soit 300 tonnes, aurait transité par le Sahel en 2010, dont probablement une grande partie par le Nord du Mali.

Les acteurs du trafic

Pendant très longtemps le trafic de drogue a été le quasi-monopole de certaines tribus arabes les Lamhar du Tilemsi (région de Gao) et les Bérabiches (principalement de Tombouctou et Taoudénit). Ils employaient comme gardes et convoyeurs des hommes issus d’autres groupes mais gardaient le contrôle sur les flux de marchandises. Mais ensuite comme l’explique le rapport « Les profits de la drogue ont, depuis le milieu des années 2000, aiguisé l’appétit de commerçants issus d’autres communautés. La compétition et la circulation d’armes au Sahel a dès lors nourri une dynamique de militarisation des acteurs criminels et le développement de groupes armés pour protéger ou intercepter les convois. Les revenus de la drogue ont perturbé les relations intercommunautaires et remis en cause les hiérarchies anciennes ». La drogue suscite aussi des affrontements entre bandes rivales, qui dégénèrent en conflits plus étendus car chacun cherche le soutien de sa communauté. « De son côté, même s’il ne le reconnait pas officiellement, l’Etat malien, incapable d’empêcher ou même de réguler le narcotrafic, a soutenu certains groupes armés contre d’autres pour tenter de capter les ressources du trafic et d’en priver les rébellions » rajoute l’ICG.

La crise malienne de 2012 a aggravé les dynamiques initiées lors de la décennie précédente. La débandade de l’Etat au Nord a amené les trafiquants à se rapprocher des différents groupes armés, y compris parfois, des jihadistes (même si la relation entre jihadistes et narcotrafiquants au Sahel a tendance à être exagérée précise le rapport), pour que la drogue continue de circuler. L’ICG de rajouter : « Les grands trafiquants entretiennent des liens à la fois avec les autorités maliennes – celles-ci le démentent- et avec des groupes politico-militaires du nord du pays ; bien souvent en effet, les réseaux trafiquants sont intégrés dans ou se confondent avec ces groupes, qui eux-mêmes dépendent du narcotrafic pour leur financement et l’accès aux armes ».

Le pouvoir des trafiquants

Le trafic augmente la violence, perturbe les communautés et interfère sur les dynamiques politiques locales et nationales. « L’argent généré par le trafic de drogue constitue désormais un capital précieux, voire indispensable, pour faire de la politique dans le Nord-Mali. Le contrôle des trafics est donc devenu un enjeu central pour qui veut affirmer des liens privilégiés avec l’Etat ou au contraire se rebeller contre lui ». Certains grands trafiquants deviennent des entrepreneurs politiques qui se présentent aux élections locales ou législatives, ils investissent dans l’économie légale pour se diversifier ou blanchir leur argent et deviennent des acteurs influents qui peuvent, suivant les circonstances, devenir des partenaires de l’Etat dans sa lutte contre certaines rebellions.

La lutte contre le trafic de drogue

Au niveau mondial, la lutte contre le trafic de drogue connaît peu d’exemple de véritables réussites. Au Mali, la lutte contre le trafic de drogue dans le nord du pays reste limité et inefficace, constate le rapport qui ajoute : « La plupart des acteurs publics nationaux et internationaux reconnaissent qu’elle est nécessaire, mais beaucoup se déchargent de cette responsabilité au motif –souvent recevable- qu’elle ne relève pas de leur compétences. Sur le terrain la lutte contre le narcotrafic apparaît comme un enjeu secondaire que les acteurs internationaux font passer bien après la mise en œuvre de l’accord de paix, les opérations antiterroristes et la lutte contre les filières de migration clandestine ». Et ICG de conclure : « La réticence à s’engager plus résolument contre les narcotrafiquants s’explique en partie par la complexité des réseaux et la crainte d’interférer avec des intérêts d’affaires qui remontent potentiellement jusqu’au sommet de certains Etat de la région ».

Auteur : Rfi