Sénégalais De L’extérieur : Comment L’Etat Prive Les Expatriés De Leur Droit À La Retraite

EmigressenegalLes migrants sénégalais risquent de se retrouver sans retraite. L’alerte a été lancée, hier, lors de la célébration de la journée du migrant sur le thème : «Gouvernance inclusive de la migration : retour et réintégration des migrants et investissement productif de la diaspora».

Les Sénégalais à l’extérieur sont hantés par une carrière sans retraite, à cause de leurs autorités. En tout cas, selon Youssou Mbengue de la Fédération des associations des Sénégalais de retour (Faser), «les migrants sénégalais ne sont pas pris dans les politiques de développement». «Ils souffrent d’un manque criard de protection et de sécurité dans leurs activités professionnelles. Les travailleurs migrants dans l’espace de l’Union européenne, à l’exception de la France, ne bénéficient d’aucune convention sur la prévoyance et la retraite de nos compatriotes, entre le Sénégal et les pays concernés. Ce vide juridique fait perdre aux migrants sénégalais des milliards de francs Cfa qu’ils ont cotisés pour leur pension de retraite. Nous exhortons le Sénégal à négocier et signer des accords bilatéraux sur la protection sociale avec les pays d’accueil de ses migrants et particulièrement avec les nouvelles destinations comme le Brésil, l’Argentine et l’Asie», fait-il savoir. M. Mbengue exposait le mémorandum des migrants sénégalais, hier, lors de la célébration de la journée du migrant. Elle est placé cette année sur le thème : «Gouvernance inclusive de la migration : retour et réintégration des migrants et investissement productif de la diaspora».

La fédération a aussi déploré les nombreuses pertes en vies humaines chez nos compatriotes basés à l’extérieur. «Les exactions, les répressions et les meurtres dont les migrants sénégalais sont de plus en plus victimes», énumère M. Mbengue. Qui s’indigne que «ce qui révolte le plus c’est que ces crimes sont parfois gratuits, barbares et non élucidés». Le porte-parole des migrants ne finit pas de peindre le tableau sombre. «Les migrants sénégalais en Afrique sont moins considérés par l’Etat que ceux établis à Europe ou en Amérique. Cette forme de discrimination a été mise à nu par la politique extérieure de l’Etat», établit-il. Toujours, d’après M. Mbengue, des migrants sont devenus des passeurs de clandestins. Cela, à cause de la crise qui sévit en Lybie et qui a fini de plonger la plupart des Sénégalais dans une situation de vulnérabilité et de précarité due essentiellement au chômage et à l’insécurité à laquelle ils font face au quotidien.

D’ailleurs, poursuit-il, «suite à la diffusion de la vidéo révélant la traite de migrants en Lybie, l’Etat du Sénégal avait promis le rapatriement de nos compatriotes, mais en vain». De l’avis de l’avocat des migrants, «tout le long de la frontière entre la Lybie et le Niger, un grand nombre de Sénégalais est resté piégé. Ils luttent avec la faim jusqu’à ce que la mort s’en suive».

 

Emile DASYLVA