Coronavirus: le bilan explose en Chine, Pékin fait tomber des têtes

Coronavurimort800THIEYSENEGAL.com : Le nombre des contaminations confirmées a grimpé en flèche dans le Hubei suite à un changement du mode de calcul. 15 000 nouveaux cas ont été annoncés ce jeudi et au total, le Covid-19 a tué 1367 personnes et près de 60 000 personnes sont infectées. Les principaux responsables de la province berceau de l'épidémie ont eux été démis de leurs fonctions.

 

En 24 heures, le nombre de cas répertoriés quotidiennement a été multiplié par dix et le nombre de décès par deux. Cette envolée des chiffres a fait vibrer les téléphones portables ce jeudi matin en Chine, et contribue à affoler un peu plus une opinion chinoise qui avait déjà des doutes sur les statistiques officielles.

En réalité, cette augmentation est d’abord liée à un changement de mode de calcul. À compter de ce jeudi, ce ne sont plus seulement les personnes testées positives au Covid-19 qui sont considérées comme contaminées, mais toutes celles dont les symptômes auront été jugés suffisants par le corps médical pour diagnostiquer une pneumonie virale.

Trop de malades sont passés entre les mailles du filet

Pourquoi ce changement ? Parce que de très nombreux malades semblent être passés entre les mailles d’un filet de recensement beaucoup trop large. Depuis des semaines, il y a des familles à Wuhan qui affirment avoir un grand-père, une mère, un fils, un membre du foyer qui a de la fièvre, qui tousse, parfois qui meurt à la maison, parce qu’il n’a pas été retenu comme quelqu’un de suspect dans les hôpitaux débordés.

Il y a aussi tous ces témoignages de blouses blanches qui disent que les tests fournis ne sont pas assez nombreux ou déficients, et que beaucoup de malades, encore une fois, passent à côté d’un traitement approprié. Ce changement de mode de calcul est important, car il était demandé par les experts à l’étranger et parce qu’il rend le diagnostic important, rend aux médecins, finalement en première ligne, le pouvoir de dire qui est malade ou non et donc de comptabiliser les victimes.

Le chef du parti communiste du Hubei limogé

Ces chiffres de contamination en hausse ont été suivis par des sanctions. Le chef du Parti communiste de la province de Hubei, Jiang Chaoliang, a été limogé ce jeudi. C’est un protégé du président chinois qui reprend les commandes. Ying Yong était maire de Shanghai, c’est un vétéran de la sécurité publique, un ancien juge, qui reprend le contrôle de cette province sacrifiée, où la colère n’est pas retombée depuis la mort d’un des docteurs qui avait lancé l’alerte la semaine dernière, décédé des suites du coronavirus.

Le  plus haut responsable du Parti communiste dans le Hubei, Jiang Chaoliang, a été démis de ses fonctions ce jeudi 13 février.
L'agence Chine nouvelle a également rapporté que Ma Guoqiang, à la tête de l'antenne du PCC à Wuhan, avait été révoqué et remplacé par Wang Zhonglin, directeur local du PCC à Jinan dans l'est du pays.

Ce limogeage s’accompagne d’ailleurs aussi de sanctions à des instances plus basses dans le parti, cinq fonctionnaires du Hubei ont été limogés mercredi soir, en raison du non-respect de leur fonction pendant l’épidémie. C’est ce que nous disent les médias chinois ce matin.

Le directeur du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao a lui aussi été démis de ses fonctions. Il s'agit de l'un des plus hauts responsables à être limogés depuis le début de la vague de protestation en juin dans l'ex-colonie britannique.


  • Antoine Bondaz : Pékin tente de « Wuhaniser » la crise sanitaire

Pour Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique et spécialiste du nord-est asiatique, Pékin cherche avant tout à circonscrire la crise sanitaire et politique que traverse la Chine dans l'espace et le temps, particulièrement autour de Wuhan et de la province du Hubei.

RFI : Le limogeage de plusieurs hauts responsables du Hubei peut-il est considéré comme une reprise en main du pouvoir central ?

Antoine Bondaz : C’est un geste qui va loin qu’une simple reprise en main. Ce limogeage au niveau provincial participe d’une stratégie extrêmement claire mise en œuvre par le gouvernement central depuis deux à trois semaines maintenant. Ce que je qualifie de « Wuhanisation », en réalité il s’agit de circonscrire la crise sanitaire et politique que traverse la Chine dans l’espace et dans le temps. C’est-à-dire de présenter les choses comme une crise avant tout à Wuhan et dans la province du Hubei et une crise de courte durée. Cette stratégie répond à un double objectif. Premièrement il s’agit de rassurer la population, mais aussi la communauté internationale. Deuxièmement, Pékin veut montrer que les autorités locales à Wuhan et dans la province du Hubei ont commis des erreurs, ont failli ce qui explique les sanctions prises aujourd’hui.

Est-ce que cela suffira à calmer la colère des habitants qui s’exprime sur les réseaux sociaux ?

Ce qui est fondamental dans cette crise c’est justement le rôle joué par les réseaux sociaux. Aujourd’hui de nombreux Chinois se retrouvent confinés chez eux, pas seulement dans l’épicentre de l’épidémie. De nombreuses villes en Chine ont pris des mesures de quarantaine et d’isolement des communautés, ce qui fait que les réseaux sociaux restent le seul lien entre vous et votre famille, vos proches, vos amis. Il est devenu donc extrêmement risqué pour le parti de censurer encore plus les réseaux. Mais il est très important pour Pékin de continuer à contrôler l’information en essayant de canaliser le mécontentement. La colère est aujourd’hui très clairement orientée vers les autorités locales de cette province du Hubei et dans une moindre mesure contre l’étranger et notamment les États-Unis ou tout acteur international qui chercherait à tirer un bénéfice de la crise.

RFI