Les conséquences religieuses et économiques de la limitation du Hajj 2020

HAJJ2020THIEYSENEGAL.com : Des millions de personnes ne pourront pas participer au pèlerinage du Hajj à la Mecque en 2020 en raison de la pandémie sachant que le Hajj est l’un des plus grands rassemblements annuels du monde, mais le coronavirus n’est pas la première perturbation que cet événement a connue au cours des siècles.

 

En temps normal, plus de 2,5 millions des 1,8 milliard de musulmans dans le monde se rendent à la Mecque pour accomplir le Hajj, considéré comme le cinquième et dernier pilier de l’Islam. Tout musulman adulte financièrement et physiquement capable doit accomplir au moins un Hajj, et pour beaucoup, c’est le voyage de leur vie.

Hajj annulé en 2020, grande déception des fidèles

L’un des plus grands rassemblements annuels sur Terre, le pèlerinage, ou Hajj, à la Mecque, sera interdit à la plupart des musulmans du monde cette année en raison de la menace de la pandémie du coronavirus. Après des semaines de spéculation – et juste avant le début du pèlerinage officiel prévu pour la fin juillet – l’Arabie saoudite a annoncé qu’elle n’annulerait pas le Hajj mais qu’elle limiterait sévèrement la participation à ce rassemblement sacré à certains musulmans résidant actuellement dans le pays.

En effet, l’Arabie Saoudite a annoncé mardi que seulement un millier de personnes environ seront autorisées à effectuer le pèlerinage annuel du Hajj à la fin du mois de juillet – une décision qui annule de fait l’un des plus grands rassemblements de musulmans au monde.

Ces restrictions visent à ralentir la propagation du coronavirus dans le royaume, qui connaît l’une des plus grandes épidémies du Moyen-Orient. L’année dernière, 2,5 millions de personnes ont participé au pèlerinage. Cette année, les personnes autorisées à accomplir le Hajj devront avoir moins de 65 ans et devront subir un test de dépistage du virus au préalable.

Cette annonce a déçu les musulmans du monde entier, dont beaucoup ont économisé pendant des années pour se rendre à la Mecque, et portera un coup financier à l’économie du royaume.

Bien que la décision de réduire drastiquement le Hajj de cette année était largement attendue, elle reste sans précédent dans l’histoire de l’Arabie Saoudite, qui dure depuis près de 90 ans, et interdit effectivement à tous les musulmans de l’extérieur du royaume de se rendre sur place pour y effectuer le pèlerinage.

Le gouvernement saoudien a attendu seulement cinq semaines avant le Hajj pour annoncer sa décision. Ce délai témoigne de la sensibilité des décisions majeures concernant le Hajj qui touchent les musulmans du monde entier.

Bien que plusieurs nations aient déjà interdit à leurs citoyens de participer au Hajj 2020, la nouvelle reste un coup douloureux, précisément parce qu’une partie du pouvoir du pèlerinage réside dans la façon dont il rassemble la communauté musulmane mondiale, selon Omid Safi, professeur d’études islamiques à l’université de Duke. « Le hajj est plus qu’un simple rituel religieux« , explique M. Safi. « Au mieux, c’est un symbole de l’égalitarisme radical des idéaux islamiques. Les idées et les biens sont échangés, tout comme les idées mystiques« .

Protéger la vie et la santé des pèlerins

« C’est une opération très délicate et nous travaillons avec des experts du ministère de la santé« , a déclaré M. Mohammed Benten, Ministre saoudien du Hajj soulignant l’importance de protéger la vie et la santé des pèlerins.

C’est un coup dur pour ceux qui ont économisé de l’argent pendant des années pour se payer le voyage. Le hajj n’est pas seulement une exigence unique dans la vie de tous les musulmans, mais aussi une chance d’effacer les péchés du passé et d’entrer en contact avec des musulmans de tous horizons.

« C’est le souhait de chaque musulman de faire le Hajj, mais à cause de COVID-19, cela ne sera pas possible cette année« , a déclaré le président du Centre islamique de l’Inde Maulana Khalid Rashid.

Rashid, qui est l’un des clercs musulmans les plus influents de l’Inde, a déclaré que la Chine est responsable en dernier ressort. « Si la Chine avait parlé au monde de COVID à l’avance, le monde aurait réagi différemment« , a-t-il dit, ajoutant qu’une délégation de l’Inde devrait être autorisée à aller faire le Hajj. « Il s’agit d’un rituel annuel et la tradition ne doit pas être rompue« , a-t-il déclaré.

Le Hajj attire généralement 2,5 millions de personnes du monde entier, le reste venant d’Arabie Saoudite. C’est une expérience profonde, les fidèles se tenant debout, en prière, souvent en pleurs, les paumes de leurs mains tendues vers le ciel pendant cinq jours de culte intense autour de la Mecque.

Chaque pays se voit attribuer un quota spécifique de visas pour le Hajj en fonction de sa population musulmane, l’Indonésie étant le pays qui en compte le plus, avec près de 221 000. Dans des pays comme l’Égypte, le Pakistan et l’Inde, l’obtention d’un créneau peut nécessiter des frais élevés, une connexion avec un fonctionnaire local ou simplement des années de patience.

Le Pakistan, qui envoie habituellement environ 180 000 pèlerins, a déclaré que les autorités saoudiennes avaient pris contact avec lui pour l’informer de la décision de limiter le Hajj de cette année. Au lieu de cela, les diplomates pakistanais déjà en Arabie Saoudite représenteront le pays cette année au Hajj, qui commence à la fin du mois de juillet.

Le président d’une association de tour-opérateurs de Hajj au Bangladesh, Shahadat Hossain Taslim, a salué la décision de tenir le Hajj essentiellement avec un nombre symbolique de pèlerins. « Il a une grande valeur symbolique« , a-t-il déclaré. Environ 137 000 Bangladais se rendent à la Mecque chaque année pour le Hajj. « Nous allons perdre des affaires qui valent des millions de dollars, mais nous n’avons rien à faire. La situation n’est pas entre nos mains« , a ajouté M. Taslim.

Décision sage et responsable

Le cheikh Ahmed at-Tayeb, le plus haut dignitaire religieux musulman d’Egypte, a salué la décision saoudienne comme étant sage, et a déclaré qu’elle montre la conscience de Riyad des dangers causés par le virus. De même, les responsables en Indonésie et en Afghanistan ont salué les restrictions imposées cette année sur le Hajj.

Les frontières de l’Arabie Saoudite sont fermées aux étrangers depuis fin février pour tenter de ralentir la propagation du virus. Le gouvernement a suspendu au début de l’année le petit pèlerinage de la Oumra qui se déroule toute l’année, a imposé un couvre-feu de 24 heures pendant près de trois mois à La Mecque, a fermé des mosquées pendant le mois sacré du Ramadan et a restreint les activités commerciales.

Pourtant, le royaume a l’un des taux d’infection les plus élevés du Moyen-Orient, avec plus de 161 000 cas confirmés à ce jour, dont 1 307 décès.

Le virus provoque des symptômes légers à modérés chez la plupart des personnes, qui se rétablissent en quelques semaines. Mais il est très contagieux et peut provoquer une maladie grave ou la mort, en particulier chez les patients âgés ou ceux qui ont des problèmes de santé sous-jacents

L’Arabie saoudite a déclaré que la décision de mettre fin au Hajj visait à préserver la santé publique mondiale en raison des risques liés aux grands rassemblements. Elle a également défendu sa décision pour des raisons religieuses, affirmant que les enseignements de l’Islam exigent la préservation de la vie humaine.

En Afghanistan, le colonel à la retraite Mahmood Seddiqi a déclaré que les musulmans qui ne peuvent pas se rendre en Arabie Saoudite cette année devraient faire don de l’argent qu’ils auraient dépensé pour le pèlerinage afin d’aider les personnes les plus touchées par la pandémie et son impact économique. « C’est la volonté d’Allah« , a-t-il dit. « Il sera préférable d’aider vos voisins et les personnes dans le besoin« Le Hajj a connu des perturbations majeures dans son histoire

Si c’est la première fois que l’Arabie saoudite, considérée comme le gardien de la Mecque depuis la création du pays en 1932, ferme la porte à tous les musulmans à l’extérieur du pays, ce n’est certainement pas la première fois que le Hajj est interrompu : Depuis que le premier hajj officiel a été dirigé par le prophète Mohammed, paix sur lui, en 632, le pèlerinage a été soumis à des guerres, des famines, des maladies et des interruptions politiques.

Bien que la récente décision de suspendre le Hajj déçoive les musulmans désireux d’effectuer le pèlerinage, ils pourraient se référer à un hadith qui donne des conseils sur les voyages en période d’épidémie :

« Si vous entendez parler d’une épidémie de peste dans un pays, n’y entrez pas ; mais si la peste se déclare dans un endroit pendant que vous y êtes, ne quittez pas cet endroit« .

Selon les historiens de la Fondation Roi Abdulaziz pour la recherche et les archives, le Hajj a été interrompu au moins 40 fois depuis 930, lorsque des membres d’une secte chiite appelée les Qarmatiens ont saccagé la Mecque et assassiné 30 000 pèlerins. Les Qarmatiens ont également volé et rançonné l’une des reliques les plus précieuses de l’Islam, la Pierre noire de la Kaaba, et le Hajj a été suspendu pendant une décennie jusqu’à ce que la pierre soit rendue à la Mecque.

Des épidémies ont également interrompu les pèlerinages passés. Le choléra a coûté la vie à des dizaines de milliers de pèlerins au XIXe siècle ; en 1821, par exemple, 20 000 personnes sont mortes, et en 1865, des pèlerins du delta du Gange ont apporté la maladie à La Mecque où elle s’est propagée aux pèlerins d’autres pays et a finalement contribué à un bilan mondial de 200 000 morts. De mémoire récente, des perturbations politiques et des problèmes diplomatiques ont empêché certains pèlerins de converger vers La Mecque.

Le Hajj a connu des perturbations majeures ces dernières années, notamment une ruée meurtrière et l’effondrement d’une grue en 2015, qui a fait plus de 2 500 victimes. En 1987, les forces de sécurité saoudiennes ont tué plus de 400 personnes, pour la plupart des musulmans chiites, lors d’un affrontement provoqué par des pèlerins iraniens qui manifestaient pendant le Hajj.

La fermeture la plus spectaculaire de la Grande Mosquée de La Mecque a cependant eu lieu en 1979, lorsque des extrémistes religieux ont pris d’assaut le site le plus saint de l’Islam, qui abrite la Ka’aba en forme de cube vers laquelle les musulmans prient et qu’ils font circuler pendant le pèlerinage. Des milliers de fidèles ont été piégés à l’intérieur et des centaines ont été tués au cours d’un siège qui a duré deux semaines.

En 2012 et 2013, les autorités saoudiennes ont encouragé les malades et les personnes âgées à ne pas entreprendre le pèlerinage, en raison des inquiétudes suscitées par le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ou MERS.

Un coût financier dévastateur

Outre les implications religieuses de la limitation du Hajj, l’impact économique sera également important. Bien que le Hajj soit fréquenté par des pèlerins de différents milieux économiques, les frais de nourriture, de visa et d’hébergement pour le rituel de plusieurs jours peuvent atteindre des milliers ou des dizaines de milliers de dollars par personne, et beaucoup d’entre eux font des économies énormes durant toute leur vie pour y assister. « Les restaurants, les agences de voyage, les compagnies aériennes et de téléphone portable gagnent tous beaucoup d’argent pendant le Hajj« , note Ahmed Maher, de la BBC Arabic, « et le gouvernement en profite sous forme de taxes« .

Selon Reuters, le Hajj et les autres pèlerinages à la Mecque pendant l’année, connus sous le nom de Oumra, génèrent normalement environ 12 milliards de dollars par an, soit environ 20 % du PIB non pétrolier du pays.

« [Cette décision sur le Hajj] est une nouvelle terrible« , déclare Simon Henderson, un expert de l’Arabie Saoudite à l’Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient. « Cela va frapper les économies locales« .

Bien que l’Arabie saoudite ait levé un couvre-feu national le 21 juin, elle est toujours confrontée au coronavirus ; à ce jour, plus de 150 000 personnes ont été infectées en Arabie saoudite et 1 400 personnes sont mortes.

Bien que la restriction sévère de la participation au Hajj sauvera probablement de nombreuses vies, elle perturbera encore plus la vie quotidienne dans un pays qui trouve sa fierté et son profit en accueillant l’un des plus grands rassemblements religieux du monde. L’une des victimes sera la ville voisine de Djeddah, où la plupart des pèlerins arrivent pour commencer leur pèlerinage en Arabie Saoudite. « Traditionnellement et historiquement, la prospérité de Djeddah a été basée sur la prise en charge des pèlerins du Hajj« , déclare Henderson. « Cette fois, ils ne pourront pas le faire« .

Par Dr Mohamed Chtatou
26 juin 2020