Rufisque : Un vendeur de café mis aux arrêts pour viol d’une fillette de 8 ans

arrestationrufisqueTHIEYSENEGAL.com-Une bien invraisemblable affaire de mœurs au quartier des Hlm de Rufisque. Au cœur des incriminations, un vendeur de café du coin, accusé d’avoir abusé sexuellement une fillette de 8 ans, a été mis aux arrêts par la police.

L’affaire est sur toutes les lèvres au quartier Hlm de Rufisque. Il s’agit d’une affaire de viol, qui aurait été commis sur une fillette à peine âgé de 8 ans. Le simple énoncé de l’infraction est sujet à polémique. Ce, même si les faits véhiculés par la rumeur sont têtus et épousent les récriminations de la présumée victime, restée constante dans ses allégations à charge.

L’affaire remonte, selon des sources avisées, à la date du jeudi 10 janvier dernier. Ce jour aux environs de 18 heures, le vendeur de café, connu dans le coin sous le nom de Lama…, «est tombé sur la fillette de 8 ans, qu’il a abordée, avant de l’inviter chez lui afin de lui offrir des bonbons «chips».»

Selon toujours nos interlocuteurs, l’offre sera acceptée par la gamine, qui s’est rendue au domicile du vendeur de café. Une fois dans l’intimité de sa chambre, en compagnie de sa conquête, le mis en cause aurait abusé d’elle.

Après coup, la victime aurait regagné son domicile et là, elle a interpellé sa mère, en lui demandant avec insistance de lui laver le corps au plus vite. Une injonction qui a intrigué la maman, qui n’a pas manqué de lui demander le pourquoi. Pour toute réponse, la gamine a narré sa mésaventure : «C’est Lama… qui m’a conduite dans sa chambre.

Sur place, il a ôté mon slip et introduit son s… dans le mien.» N’en croyant pas ses oreilles, la maman a avisé les autres membres de sa famille, lesquels ont alerté la police locale.

Les limiers qui ont ouvert une enquête, ont cueilli le célèbre vendeur de café, avant de procéder aux réquisitions de rigueur pour être fixés sur cette curieuse accusation de viol sur une fillette de 8 ans. Quant au présumé violeur, il a été retenu en détention pour nécessités d’enquête.

IGFM