Ouverture de la session d’appel à Dakar : le policier Sidy Mohamed Boughaleb «oublié» au camp pénal

SidyMohamedBoughalebLa Chambre criminelle d’appel de Dakar a démarré ses audiences hier en réexaminant les dossiers judiciaires de 2016, mais l’affaire Bassirou Faye n’y figure pas. Condamné à 20 ans en première instance, le policier Sidy Mouhamed Boughaleb attend son second jugement depuis trois ans.

Alors que la Chambre criminelle d’appel de Dakar a ouvert hier ses portes hier, avec des dossiers de 2016 réexaminés. Mais l’affaire Bassirou Faye qui a valu au policier Sidy Mouhamed Boughaleb 20 ans de travaux forcés en première instance n’est pas enrôlée. Détenu au Camp pénal de Liberté 6, ce dernier avait fait appel au lendemain de sa condamnation, il y a trois ans.

Pour cette expérience, 15 affaires incriminant autant d’accusés sont inscrites au rôle. Ces derniers seront jugés durant cinq jours, à compter d’hier lundi 18 mars jusqu’à ce vendredi. Pour l’essentiel des dossiers inscrits au rôle dont le trafic de drogue, les juges ont confirmé les peines déjà prononcées en première instance, en suivant l’avocat général dans ses réquisitions. Et donné un délai de six jours francs aux accusés pour déposer leur pourvoi en cassation. N’en déplaise à la défense qui a soulevé le «manque de preuves».

Au menu des délibérés, trois affaires ont été vidées. La première incrimine Cheikh Diouf. Jugé pour «meurtre», cet accusé a été arrêté et placé sous mandat de dépôt le 06 janvier 2011. Il a été déclaré coupable et condamné le 08 novembre 2016 à 10 ans de travaux forcés assortis d’une amende de 20 millions francs Cfa. La deuxième affaire concerne Moussa Diop alias Vieux Diop, lui aussi, accusé de «détention et trafic de drogue». Il a été placé sous mandat de dépôt le 24 avril 2012, jugé et condamné à la même peine. Et enfin, Modou Sarr qui vient de boucler neuf ans de prison, pour «détention et trafic de drogue». En première instance, il a été condamné le 07 juillet 2015 à 10 ans de travaux forcés plus une amende de 5 millions.

Quant à la défense, elle a plaidé le contraire, en s’appuyant sur un manque de preuve. Détenant la parole, en dernier lieu, le président de la cour confirme les peines et donne aux accusés 06 jours pour déposer les recours en Cassation.

Les autres dossiers seront examinés ce mardi. Et prendront fin le vendredi.

Pour les affaires inscrites au rôle d’aujourd’hui, le trafic de drogue occupe la plus haute marche du podium. Au banc des accusés, on retrouve Karamo Soumaré, placé sous mandat de dépôt le 30 août 2010, jugé le 28 janvier 2016 et condamné à 10 ans de travaux forcés assortis d’une amende de cinq millions. Seront ensuite aussi jugés séparément les accusés Edouard Léno, Ousmane Diop dit Mbeuss et autres qui vont défiler à la barre les 20, 21 et 22 mars.

Outre le trafic de drogue, les crimes de sang sont également au rendez-vous de cette session d’appel de la Chambre criminelle de Dakar. C’est ainsi que l’accusé Vincent Obi Nagor comparaîtra pour le crime de meurtre qui lui a valu 12 ans en première instance. Mademba Diop, Doudou Seck, Victor Okechuwu alias Sidiki Fofana, Blessing Tompson Anyam et Felix Ananwu, Ibrahima Momar, Abdoulaye Sow, Mbaye Sy Bâ vont aussi à la barre pour la même infraction.

WALFNET