INVESTIGATION : PROJET DES 100.000 LOGEMENTS AU SÉNÉGAL : Du serment d’ivrogne au désenchantement

mackyabdoukarimfofanaTHIEYSENEGAL.com : Annonce phare en campagne élèctorale, lancement en grande pompe devant l’opinion, mobilisation de tous les moyens de communication de l’Etat, autant de stratégies en somme qui ont étè mis à contribution pour vendre le projet des 100.000 logements sociaux avec le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique. Aujourd’hui, six mois après le lancement des inscriptions en lignes et l’annonce de 89.000 souscrivants en sept jours, le constat est que la désillusion a fini de gagner les coeurs des aspirants.

Pure arnaque de l’avis des uns ou simple bloquage pour les autres, en tout état de cause, Abdou Karim Fofana et son équipe ont tout simplement délaissé le terrain de la com, pour se barricader dans un silence inéxplicable. Suffisant, pour que SENTV.info jette un regard avisé et pointu sur ce programme qui avait longtemp intéressé le Président Macky Sall.

“S’agissant de l’habitat, je lancerai un vaste programme pour la construction de 100.000 logements sur cinq ans, afin que progressivement, chaque famille sénégalaise, quels que soient ses revenus, puisse accéder à un logement decent, à un coût accessible”, avait aussitôt lancé le 2 Avril 2019, le tout nouveau réelu à la Présidence sénégalaise, alors qu’il venait juste d’être installé dans ses fonctions par le Conseil Constitutionnel. Quelque mois plus tard, le 20 décembre, le nouveau ministre del’Urbanisme, du Logement et de l’Hydiène publique, Abdou Karim Fofana décrit par l’opinion comme l’accélérateur entrait en scène pour lancer en phanphare les inscriptions en ligne. “Des équipes seront dépêchées dans les collectivités territoriales pour enrégisterer les demandes des populations souhaitant bénéficier des logements et ne pouvant pas s’inscrire sur la plateforme faute d’accès à internet. Des formulaires seront déposés au niveau des prefectures, des gouvernances et des services départementaux et régionaux de l’habitat. Cette mesure permettra à ceux qui le désirent de retirer ces formulaires et de les remplir en vue de l’enrégistrement de leur demande”, clamait-il. Depuis, six mois après, le projet semble avoir disparu dans les tirroires du ministère et toute la machination médiatique avec. Une habitude ou un film déjâ vu me dira t-on. Mais, pourquoi un tel fatalisme ? Pourquoi accepter que des serments d’ivrogne nous soient constament servit dans un pays où la majorité des institutions de contrôle semblent se suffir à un rôle de spectateurs plutôt que de jouer à fond leur partition ?


Pour les optimistes qui seront tentés de convoquer la pandémie de la Covid-19 pour trouver une excuse au ministre, qu’ils comprennent déjà que les réactions glanées par çi et là auprès des inscrits, par SENTV.Info sont tout simplement de nature à faire déchanter même le moins avisé. En effet, si par une annonce du ministère il était prévu que les prétendants aux 100.000 logements puissent s’inscrire auprès des représentations administratives locales tel que les préfectures et les gouvernances, la vérité est que depuis lors aucune mesure particulière allant dans ce sens n’a étè prise. Comme le prouve les propos de ce sous-prefet que nous avons approché. “Vous savez, nous au niveau de l’administration nous avons cette habitude de voir les politiques faire des annonces de ce genre sans aller au bout de leurs idées. Il est vrai que depuis cette annonce, jamais un jour ne passe sans que mes services ne reçoivent des personnes qui passent pour s’inscrire. Mais bon quoi que ça puisse être, la réalité sur le terrain est autre que ce que l’on pense”. Chez M. Diop que nous avons joint au téléphone, le refrain est presque le même aveu cette fois-ci, un brain d’amertune dans les propos. Pour le jeune agent commercial dans une boite privée de la capitale sénégalaise, cela fait longtemps qu’il a déviné le bleuf qui entourait ledit projet. “Je crois être parmi les premiers personnes à s’être inscrit sur la plateforme. Mais depuis lors, je n’ai reçu aucun retour. Et même pour visiter le site, c’est désormais impossible. Je me dis qu’ils ont juste enmagasiné des millions de données personnels sur notre dos, à des fins inéxpliquées” avance t-il, avant de nous promettre de revenir prochainement avec d’autres explications.
Du côté du ministère, le patron qui était très prompt à répondre à tout le monde sur le sujet est désormais passé en mode furtif. Ni vu ni entendu semble être sa nouvelle méthode de dévier les questions. Pour preuve, son mutisme total sur les réseaux sociaux depuis un certain temps et même face aux question les plus élèmentaires comme ou en êtes-vous avec le programme des 100000 logements ? Combien de personne se sont inscrites et à quand les premiers logements ? Mais, du côtès de ses services, cette attitude de l’homme ne surprend guérre. A en croire un de ses conseiller technique que nous avons réussit à capter, le projet est bien en cours mais il se trouve que pour la seconde phase du projet, il n’y avait un plan de communication pareil que celui du lancement. Ceci dit, de l’avis de plusieurs autres personnes consultées sur le sujet, le projet des 100 000 logement semble juste être un slogant de plus à l’actif de l’actuel régime. C’est du moins ce que croit dure comme fer, ce spécialiste de l’aménagement qui affirme : “Les projets à caractère social du Gouvernement du Sénégal (les Bourses de Sécurité familiale, la Couverture Maladie Universelle, les Cartes d’Egalité des chances, la Délégation à l’Entreprenariat Rapide, etc) sont tous de l’ordre de la chimère. Comme il venait d’être réulu, le chéf de l’Etat avait besoin de faire des annonces fortent pour marquer sa communication. Mais, à l’image de tout ce qui a bloqué les autres programmes, il manque toujours ce petit temps de réfléxion qui permet à tout entrepreuneur d’étudier la faisabilité du projet.”.

Babacar F Ba  La Rédaction SENTV.info