Opposition Sénégalaise : Après SONKO, C’est Presque Le Néant

opopsison senegalTHIEYSENEGAL.com : En dehors d’Ousmane Sonko, que le régime veut absolument défenestrer, d’Abdoul Mbaye, qu’on cherche à embêter dans des dossiers politico-judiciaires, ou du leader du Mouvement Tekki, le Sénégal n’a plus d’opposition. Alors que les sujets plus que brûlants et qui intéressent les Sénégalais qui ont voté pour eux, comme ceux qui n’ont pas voté pour eux, ne manquent pas, il n’y a que des activistes

Arrivé 3ème lors de la dernière élection présidentielle de février 2012, Ousmane Sonko est en passe d’être le seul opposant du pays. Avec Abdou Mbaye et Mamadou Lamine Diallo. Et, il faut le reconnaître aussi, Barthélemy Diaz. En effet, au moment où l’opinion s’indigne de la sucette à deux milliards de francs Cfa promis par le pouvoir au futur chef de l’opposition et que Barthélemy Diaz dénonce les agissements funestes d’opposants dealers, les Sénégalais ne comprennent pas ce silence assourdissant d’une bonne frange de l’opposition qui a obtenu leur vote. Car, les silences ne s’expliquent pas pendant que les populations pataugent dans les eaux pluviales, qu’aucun emploi n’est créé, que l’insécurité trouble leur sommeil et que les victimes d’accidents de la circulation se comptent désormais par milliers. Sans que l’Etat ne puisse y apporter solution malgré ses effets d’annonce. Seuls le leader de Pastef/Les Patriotes, Ousmane Sonko et Abdoul Mbaye de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) sont au front. Sur la déclaration de patrimoine du président de la République réélu, sur le gaz-pétrole ou encore sur le fer de la Falémé, ils sont en train de poser des débats publics qui fragilisent le pouvoir reconduit par les Sénégalais en février dernier. Dans cet état de déliquescence du pouvoir en place, beaucoup se demandent si celui qui est arrivé deuxième à la dernière élection présidentielle fait partie de l’opposition. Parce que, s’interroge-t-on, le pays brûle mais il ne bouge pas.

Les Sénégalais, qui se sentent lâchés s’en souviendront sûrement. Car, on ne les appelle pas que pour venir voter pour soi. Ce silence assourdissant de certains cadres de l’opposition tend à donner du crédit aux soupçons de collisions entre le régime et certains membres de l’opposition. En effet, de nombreuses sources rapportent des négociations via le directeur de cabinet politique du «Patron» et certains dignitaires d’une certaine confrérie. Et dans ce vaudeville, il y a une forte odeur d’argent. Et la cagnotte de deux milliards de francs Cfa que Macky Sall fait miroiter au leader de l’opposition qu’il se choisira pourrait sans doute expliquer qu’on croise les bras. Ce, alors que l’actualité, à laquelle une opposition doit se mêler, est très brûlante avec les nombreux scandales qui polluent ce régime.

En tout cas, au moment où dans beaucoup de pays, on réfléchit à supprimer les fonds politiques alloués au chef de l’Etat, vouloir mettre des fonds politiques à la disposition de l’opposition sonne comme une insulte à l’intelligence des Sénégalais. Pis, cela montre qu’on a une classe politique unique qui ne se soucie que d’une chose : s’accaparer des ressources publiques. Une thèse que semble conformer la fusion absorption à laquelle on assiste dans la classe politique avec tous ces ex hauts responsables du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui sont en train de trahir Abdoulaye Wade pour migrer vers les prairies «marron-beige» de Macky Sall. Ce qui devrait indigner les rares alliés qu’il reste à l’Apr. Car, cela constitue une menace pour la démocratie parce que ça tue même les élections. En effet, ces retournements spectaculaires de veste montrent aux citoyens qu’il y a une classe politique unique dans le pays. Et les électeurs pourraient se dire qu’accomplir son devoir civique ne sert finalement à rien puisque ce sera les mêmes hommes qui sont sur orbite autour du pouvoir. Dans une démocratie, il doit y avoir deux classes sociales antagonistes. Les alternances doivent permettre à ceux qui ont perdu de se battre par tous les moyens pour revenir au pouvoir. Mais, à la place, notre personnel politique est très adepte des fusions-absorption. Ce qui est une très mauvaise image qu’il renvoie à l’opinion qui, un jour, en aura marre et les mettra tous dans une Association des politiciens rejetés (Apr).

Walfnet