Morts du Covid-19 au Sénégal : Révélations sur une nécrologie bien particulière.

SanteespiratoirTHIEYSENEGAL.com : Le taux de létalité du Sénégal lié au covid-19 reste faible. Il se situe à 0,87%. Sur 1492 cas enregistrés par notre pays depuis le 02 mars, 13 décès ont été déplorés à la date du 07 mai. Une nécrologie qui regorge bien des spécificités. D’abord, force est de constater que les victimes, à l’exception de la douzième (37 ans), sont toutes issues ou étaient à l’antichambre du troisième âge.

Alors que la maladie a fait son apparition le 02 mars, le premier décès est survenu le 31 mars. Interné à l’hôpital Fann après avoir été diagnostiqué positif, l’ancien président de l’Olympique de Marseille sera la première victime du Coronavirus au Sénégal. Il était âgé de 68 ans. 

Le deuxième décès est enregistré quelques jours plus tard, plus exactement le 03 Avril. Il s’agit d’une femme de 58 ans qui était aussi prise en charge à l’Hôpital Fann. Quatorze jours après, le 17 avril, notre pays affiche 03 morts. 

C’est un homme de 63 ans, hospitalisé à Ziguinchor qui sera emporté par le Covid-19. Quarante-huit heures plus tard, le 19 avril, l’hôpital Fann déplore son troisième décès, donnant ainsi au Sénégal sa 4e victime. Là également, c’est un homme âgé de 64 ans. Le bilan macabre enregistre une nouvelle entrée le 20 avril avec la mort d’un septuagénaire-il avait 74 ans-, à l’hôpital Fann.

Le 21 avril, Louga déclare un mort. Nous apprendrons que c’est un homme de 74 ans. Le 24 avril, la mort frappe à nouveau à Dakar, précisément au centre Cardiopédiatrique Cuomo de l’hopital Fann. Le 25 avril, le Sénégal enregistrait ce qui pourrait être considéré comme un « décès communautaire ». 

En effet, un homme âgé de 88 ans est décédé chez lui. Les tests post-mortem ont révélé qu’il était porteur du virus. À Touba, c’est une femme de 60 ans qui est décédée le 26 avril en pleine évacuation sanitaire au centre de traitement des épidémies. 

La dixième victime est un homme de 58 ans. Il est décédé à l’hôpital Principal le 04 mai. Le même jour, un autre malade meurt du Coronavirus, mais cette fois-ci à Fann (Cuomo). Il était âgé de 74 ans. Le 05 mai, le Coronavirus quitte le troisième âge et s’abat sur un jeune de 37 ans. Le même jour, un homme de 94 ans est mort.  

À relever qu’ils sont au moins trois à afficher un âge de 74 ans alors que cinq d’entre eux sont compris entre 60 et 70 ans. Deux victimes sont logées dans la frange 80-100 ans.

Plus d’hommes que de femmes

Nous avons aussi constaté que la majorité des décédés du Coronavirus au Sénégal appartiennent à la gente masculine. À ce jour, deux femmes sur 13 victimes ont perdu la vie des suites de la maladie.

Dakar plus touchée

La région de Dakar qui a déclaré le plus grand nombre de cas positifs a enregistré 08 décès notés à l’hôpital Fann (06) et à l’hôpital Principal (02). Le reste a été signalé à Thiès, Touba, Ziguinchor et Louga.

Les morts s’accélèrent en avril

Mais jusqu’au 03 avril, notre pays n’avait déploré qu’une victime. Il aura fallu attendre le 03 avril pour que les morts s’enchaînent. Rien que pour le mois d’avril, le Sénégal a vu 08 malades mourir du Covid-19. Cette tendance semble se confirmer en mai. Rien que pour ces 7 derniers jours, le Coronavirus a eu raison de trois personnes, dont un homme de 37 ans.

Des comorbidités

Ces victimes du Coronavirus au Sénégal ont aussi la particularité d’avoir développé, pour la majorité d’entre elles, une forme grave de la maladie du fait des pathologies chroniques qui avaient fini de prendre possession de leur  organisme.

Cet enchaînement nécrologique a créé la peur panique chez beaucoup de sénégalais qui l’ont hâtivement imputé à l’ « incapacité » des services sanitaires à prendre en charge 

convenablement les cas graves.

Une prise en charge défaillante ?

Mais selon le Professeur Moussa Seydi, tel n’est pas le cas. « Les décès au Sénégal, quand on les regarde bien, c’est très difficile de les imputer à une mauvaise prise en charge. 

Vous avez suivi les médias, il y a eu des personnes décédées à domicile, un décès durant le transport, un décès à l’hôpital avant même que la prise en charge ne se fasse. Ici au niveau de la réanimation, tous les malades qui sont décédés avaient des antécédents très lourds. C’est des patients d’un certain âge, qui avaient des comorbidités et qui étaient sous ventilation mécanique. 

Tous ces facteurs font que ce sont des patients dont le pronostic est réservé. Ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas les sauver, mais difficilement », faisait remarquer le chef de la prise en charge médicale des malades COVID-19 au Sénégal.

Ce n’est pas pour rien si, dans son communiqué numéro 65, le ministère de la Santé a tenu à recommander « particulièrement aux personnes âgées, notamment celles souffrant d’une affection chronique de limiter au maximum leurs déplacements et d’adopter les gestes barrière. »

Dakaractu