Blanchiment D’argent : 30 Milliards De Francs Cfa Perdus Par Le Sénégal, Selon Le Forum Civil

argent L’ampleur du blanchiment d’argent dans l’économie nationale est inquiétante. La mise en garde est du coordonnateur du Forum civil, Birahim Seck. Selon ce dernier, le fléau fait perdre au Sénégal près de 30 milliards de francs Cfa par an.

La question de la lutte contre le blanchiment constitue un des défis majeurs des autorités du pays. Car, sa résolution est nécessaire pour asseoir un développement durable et réduire la pauvreté. En effet, selon le coordonnateur du Forum civil, Birahim Seck, ce phénomène fait perdre près de 30 milliards de francs Cfa au Sénégal tandis qu’elle fait perdre à l’Afrique de l’Ouest plus de 50 milliards de dollars, soit plus que l’Aide publique au développement (Apd).

Ainsi, pour M. Seck, le blanchiment d’argent dans le domaine de l’immobilier, le commerce et d’autres secteurs de l’économie nationale est de plus en plus inquiétant. «Dans chaque infraction pénale, il y a derrière un blanchiment d’argent. Que ce soit en matière de vol, de détournement ou d’enrichissement illicite. Avec le développement du trafic d’influence qui concurrence la corruption, l’on se rend compte qu’il y a une manne d’argent assez importante qui est englouti dans le blanchiment d’argent», a-t-il expliqué en marge de l’atelier de renforcement de capacités des journalistes. Lequel entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Augmentons la pression : La lutte contre le blanchiment de capitaux à travers des approches multipartites dans les pays de la Cedeao» financé par l’Union européenne.

La question du blanchiment d’argent reste encore méconnue des citoyens en général, du secteur privé, de la société civile et de la presse en particulier. Certains même la considèrent comme un sujet tabou. Cette conception du blanchiment d’argent fait que malgré les efforts réalisés par les autorités à travers les institutions et organes de contrôle, la lutte contre le blanchiment d’argent reste un défi majeur. Selon Birahim Seck, il y a une nécessité d’attirer l’attention des journalistes sur le phénomène de trafic d’influence qui favorise davantage le blanchiment d’argent. «On peut confier à un agent de l’Etat des deniers publics et qu’au moment des comptes qu’il n’y ait pas de déficit dans le budget. Mais, derrière, avec les pratiques de corruption et de trafic d’influence, ces agents arrivent à s’enrichir. Les journalistes devront arriver à aider les populations à comprendre le système qui est utilisé par ces agents publics et privé afin qu’ils puissent quand même pouvoir rendre compte», a souligné M. Seck. Qui relève qu’il y a un déficit énorme en matière d’investigation sur la gestion des ressources de l’Etat. Pourtant, insiste-t-il, les dossiers en matière de scandales financiers sont assez nombreux.

Pour les experts, la nature transnationale de ce crime et ses conséquences profondes en ont également fait une préoccupation mondiale. Selon un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économique (Ocde) intitulé «Flux financiers illicites en Afrique de l’Ouest», la mondialisation a propagé une pléthore d’innovations bénéfiques dans le monde, mais elle a également eu de nombreuses conséquences négatives tant dans les pays riches que dans les pays pauvres. Entre autres effets, il y a le blanchiment de capitaux et les délits liés à la drogue. Bien que centré sur les pays d’Afrique de l’Ouest, le rapport reconnaît la responsabilité commune des pays d’origine, de transit et de destination de lutter contre cette maladie, estimant qu’au moins 50 milliards de dollars sont perdus chaque année en Afrique, soit plus que la somme totale de l’Aide publique au développement que le continent reçoit. «Nous voudrons davantage intéresser les journalistes à s’impliquer dans l’investigation financière. Le Forum civil joue son rôle pour essayer d’apporter son appui aux journalistes pour qu’ils puissent développer des dossiers d’investigation assez conséquents. Le cadre juridique et le cadre institutionnel existent. Il y a énormément de dossiers qui sont acheminés au niveau de la justice et qui sont classés sans suite», dénonce Birahim Seck. Par ailleurs, pour lutter contre ce fléau, différentes mesures sont prises aussi bien au niveau international, régional, sous-régional que national. Cela est matérialisé, sur le plan juridique, par l’adoption de conventions, protocoles et lois, et sur le plan institutionnel par la mise en place d’organes dédiés comme la Cellule nationale de traitement de l’information financière (Centif) pour le cas du Sénégal.

 

 

 

 

Adama COULIBALY