PHASE II DU PLAN SÉNÉGAL ÉMERGENT Le défi d’une croissancedurable et diversifiée

MarambabouOrganisées avec l’appui de la Banque Mondiale et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Groupe Consultatif sénégalais a eu à convaincre un maximum de partenaires autour de la phase II du Plan Sénégal Émergent (PSE).

La motivation essentielle consistait à mobiliser des ressources complémentaires pour financer le développement du Sénégal sur la période 2019-2023. Il est vrai que le processus a été facilitépar les bonnes performances affichées par le Sénégal depuis plusieurs années, lorsque le président Macky Sall et son gouvernement ont réussi la prouesse d’atteindre 6 % de croissance en moyenne depuis 2015, 7,2 % en 2017 et un tauxd’endettement contenu à 47,6 % du PIB allié à un faible taux d’inflation de 1,7 % en 2017. Ces indicateurs macroéconomiques largement positifs ont permis et renforcé les réalisations de la phase I du PSE.
* Mise en service d’une autoroute à péage
* Mise en phase de réalisation achevée du TER dont l'inauguration est prévue en janvier 2019
* Production d’énergie atteignant 1 141 MW, soit le double du niveau de 2011
* Trente une places gagnées en trois ans par le pays au classement Doing Business qui fait bondir notre pays de la 171e à la 140e place
Le volet social a lui aussi connu une nette amélioration et les progrès réalisés, palpables au vu de ce qui a été fait jusqu’à ce jour.
• 47 % de la population du Sénégalbénéficient d’une assurance maladie
Tout cela fait que le Sénégal inspire confiance aux yeux de nos partenaires au développement. Cet état de fait s'est révélé rien qu’au terme de la première journée parisienne du Groupe Consultatif, les 12 milliards d’euros promis par les bailleurs institutionnels ont été récoltés. Celareprésente presque le triple de ce qui était recherché, soit 4,35 milliards d'euros, selon une ventilation non entièrement connue à ce stade, mais dont voici quelques éléments : 3,7 milliards d’euros de la Banque mondiale, 2,3 milliards de dollars de la Banque africaine de développement, 1,5 milliard d’euros de la France…Pour la journée du 18 décembre, dédiée aux investisseurs privés, les autorités sénégalaises affichent cette fois l’objectif de 2,8 milliards de dollars de promesses d’investissement.
Ces financements serviront à développer les secteurs prioritaires de la phase II du PSE : notamment l’agriculture, l’agro-industrie, les infrastructures, l’énergie, l’économie numérique, le tourisme et la finance.
Ministre délégué auprès du président de la République, chargé du Plan Sénégal Émergent, Cheikh Kanté s’est montré ainsi particulièrement fier et heureux d’annoncer la bonne nouvelle quasi en direct aux personnalités réunies lundi après-midi au siège parisien du Medef, afin de procéder au lancement du Dakar Finance Cluster (DFC), coprésidé par lui-même et l’économiste Christian de Boissieu, côté français.
Nous qui étions présents à cette rencontre historique avons pu noter et apprécié à sa juste valeur le leadership évident du Président Macky Sall et sa crédibilité renforcée qui font la fierté du Sénégal et des sénégalais.
Ma fierté est d’autant plus grande qu’elle traduit l’engagement militant qui est mien en tant que responsable politique APR, gagnée par le pari de contribuer au succès de mon leader dans sa généreuse politique d’émergence qu’il mène avec bonheur dans l’intérêt bien compris de notre pays. Il va de soi que le mérite revient à la mæstria du président Macky Sall qui incarne la nouvelle génération de dirigeants africains dévoués à leurs peuples et qui ont compris les enjeux qui s'y rattachent.
Une preuve de plus pour lui assurer une réélection triomphale dès le premier au soir du 24 février 2019.