Escroquerie au visa : Le célèbre artiste-musicien, Moussa Ndiaye, arrêté…

0

THIEYSENEGAL.com : Artiste-musicien notoirement connu à Louga, Moussa Ndiaye doit vertement se faire des soucis. Il est en train de traverser la période sombre de son existence pour s’être mêlé dans une vilaine affaire d’escroquerie au visa, qui risque de compromettre sa carrière musicale.

Ainsi, d’après des sources très proches de cette affaire qui s’est répandue comme une trainée de poudre dans toute la capitale du Ndiambour, les déboires judiciaires du jeune musicien ont démarré en début de semaine, après qu’un jeune candidat à l’immigration, domicilié à Dakar, a déposé une plainte contre lui au niveau du commissariat urbain de Louga. Interrogé sur les termes de la plainte, le plaignant a déclaré qu’une connaissance lui avait mis en rapport avec l’artiste-musicien afin qu’il lui trouve un visa pour l’Italie. Alors, après un long marchandage serré, les deux parties sont tombées d’accord. Le jeune homme s’engage à verser une somme de 300 milles F Cfa pour régler quelques formalités relatives à la demande de visa.

Cependant, après avoir encaissé ladite somme, l’artiste Moussa Ndiaye n’a pas respecté ses engagements. Fatigué de courir derrière ce dernier, devenu subitement introuvable et ne répondant plus à ses appels téléphoniques, le candidat à l’immigration a finalement porté plainte contre l’artiste. Les éléments du commissariat urbain ont mené une chasse acharnée à l’homme avant de réussir à lui mettre le grappin dessus. Arrêté, le jeune artiste a reconnu avoir encaissé 300 000 millions F Cfa de sa victime qu’il avait promis un visa pour l’Italie. Déféré lundi dernier au Parquet de Louga, le mis en cause qui avait trouvé un compromis avec la partie plaignante, a finalement été libéré.

L’artiste Moussa Ndiaye qui espérait recouvrer la liberté à la suite d’un compromis qu’il a trouvé avec sa victime, a vite déchanté. Car, il a été de nouveau arrêté par les éléments du commissariat urbain qui l’ont extrait de la cave du Tribunal pour le conduire dans leurs locaux. Sa deuxième arrestation fait suite à trois plainte que des candidats déchus à l’émigration ont déposées contre lui. Dès que la nouvelle de son arrestation s’est répandue dans la ville, ces trois plaignants qui lui réclament successivement, 300 000 F Cfa; 3 500 000 F et 700 000 F se sont directement rendus à la police pour déposer leur plainte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.