Face au drame des noyades à Guédiawaye : Racine Talla donne des pistes de solution

0
THIEYSENEGAL.com : Les cas de noyade sur les plages du littoral de Guédiawaye sont devenus un véritable drame humain, avec leur lot de morts chaque année ; et ceci depuis plusieurs décennies.
Face à ce qui est devenu un fléau, le président de la République, du fin fond du Nord où il est en tournée depuis samedi dernier, a jugé «intolérable» la mort, par noyade, de 10 jeunes à la plage de Malika et a exigé, du gouvernement et des autorités territoriales, des «mesures idoines et urgentes pour une meilleure sécurisation des plages».
Joint par Seneweb, le Dg de la Rts et maire de la commune de Wakhinane Nimzatt (commune située sur le littéral de Guédiawaye), Racine Talla, fait un diagnostic sans complaisance de la situation et pointe un certain nombre de facteurs qui «expliquent» le fléau sans le «justifier», cependant.
 «Ces facteurs, c’est : la promiscuité, le manque d’espaces de loisirs, mais aussi le manque d’aménagements au niveau de ces plages pour faire en sorte qu’il y ait moins de tentations à la baignade».
L’édile de Wakhinane note, pour le déplorer, l’absence totale d’aménagements sur les plages du littoral de Guédiawaye. Selon lui, loin de «dissuader la population à la baignade», ces aménagements, tels qu’ils sont favorisent même la tentation à la baignade.
Plaidoyer pour un dispositif permanent de surveillance des plages
S’agissant de la surveillance des plages du littoral de Guédiawaye où la baignade est purement interdite, d’aucuns dénoncent l’attitude des autorités qui ne sont pas dans une posture d’action, mais de réaction.
En effet, elles réagissent toujours après coup. D’ailleurs, les brigades de surveillance – qui ne sont pas permanentes – sont toujours mises en place après plusieurs cas de noyade et de décès.
Une situation que fustige Racine Talla. «De la même manière qu’on surveille l’environnement, qu’on interdit la coupe des arbres, je suis tout à fait d’avis qu’on mette en place un dispositif de surveillance permanent pour prévenir ces problèmes, au lieu tout le temps de réagir», fulmine-t-il.
«Autorités déconcentrées, autorités centrales comme autorités territoriales, même société civile, nous sommes tous interpellés», insiste Talla qui constate avec désolation que malgré toutes les actions de sensibilisation, le mal persiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.